¤Neko Kainushi¤

Neko: Chat. Kainushi: Maître.
 
AccueilPortailCalendrierFAQMembresGroupesRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre 2 : UNe visite chez le toiletteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Chapitre 2 : UNe visite chez le toiletteur   Mar 23 Oct 2007, 13:31

« Sur les lèvres ? », répondit la demoiselle avec un rire franc, surprise par la simplicité de la demande. Elle rit de nouveau alors que son neko passait du coq à l'âne en lui jurant appartenance et en lui demandant de le prendre, « Doucement doucement, je te promet que ceci arrivera mais il n'y a pas de raison de se montrer aussi impatient. »

Avec une tape sur les fesses, une tape plus douce que violente, elle poussa le mâle a l'extérieur du véhicule sous le regard amusé et souriant d'Enya. Une fois à l'extérieur la belle s'étira, le soleil éclaira son visage et le sourire qu'elle affichait avait remplacé toute trace de la colère qu'elle avait ressenti en début de matinée. Comme si des esprit coquin avait décidé de venir tourmenter un peu plus le félin deux boutons du chemisier s'ouvrirent à mi hauteur, la jolie russe se contenta de rire à nouveau et de s'approcher de Enya. La conductrice sourit en retour et comme si de rien n'était déboutonna le col de sa maîtresse et le bouton du dessous, laissant ainsi apparaître un décolté dévoilant la limite de son soutien gorge en dentelle, une pièce de tissu assorti au string que portait Ayato.

« Tu ne peux vivre complètement nu à l'extérieur, j'avoue que cela m'amuserai sûrement un moment mais un mâle doit pouvoir montrer sa force et protéger si besoin sa maîtresse. », dit elle en se rapprochant de félin, « Pour cela tu apprendras l'art du combat, la conduite aussi, je me réjouis déjà de pouvoir me blottir dans ton dos sur ma moto », sans prévenir elle approcha jusqu'à ce que sa taille vienne toucher le membre dépassant, alla chercher les lèvres et offrit à son dominé un baiser à la fois fougueux et tendre, une caresse des lèvres pulpeuses de la voluptueuse créature qu'elle était sur celle du jeune homme face à elle.

« Chose promise chose due », dit elle avec un clin d'oeil en s'écartant, « Maintenant allons chercher une tenue digne de toi »

Elle poussa son compagnon en avant, le mettant en marche en lui pinçant les fesses avec le sourire. Arrivés à un feu rouge elle patienta toujours souriante et quand celui-ci repassa au vert ce fut en saisissant le bout de la verge dépassant du string qu'elle tira Ayato vers l'avant. Saphira continua sa route, menant son mâle par le sexe, sa main tirant doucement en avant, reculant doucement par moment, offrant une masturbation juste du gland à son félin. Elle relâcha son emprise au feu suivant et vint se lécher les doigts pour découvrir le goût de la peau du neko.

« Je compte sur toi pour ne pas me décevoir, ce qui signifie que je t'interdis bien entendu de jouir sans mon accord, tu vois la boutique en fasse ? Tu vas entrer dedans et demander dire que tu viens de la part de Elmenster Saphira et qu'elle veut qu'on te fasse un rasage complet, précise aussi que j'attends devant la porte », annonça-t-elle quand le feu passa au vert, elle reprit sa route jusqu'à la boutique qu'elle avait montré et s'arrêta devant la porte.

« Le sous vêtement est un cadeau, je vais le garder pour toi, retire le et reviens quand tu seras prêt », ordonna-t-elle en tendant la main vers Ayato.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 2 : UNe visite chez le toiletteur   Jeu 25 Oct 2007, 16:40

Quelle dure mise à l’épreuve ! Sa maîtresse était bien méchante pour se jouer ainsi de son petit chaton, de frustrations en échauffements, de retient pour ne pas succomber sous le poids d’une jouissance toute nouvelle. C’était un exercice des plus difficiles, entre ce baiser torride, qui l’avait mis sans dessus dessous, effleurant tout d'abord sa lèvre supérieur,elle était revenue à l'attaque tout aussi calmement, cette fois-ci prenant sa lèvre inférieure entre les deux siennes, humectant au passage cette peau si fine et délicate ; la main droite du garçon quant à elle, grimpant délicatement jusqu'à son cou, effleurant les vallons de Saphira. Cette peau si douce, si tendre, si appétissante ... Comme le glaçage d'un gâteau qu'on hésite à entamer tellement il est joli mais qui donne tellement envie de le croquer ... Se reculant d'à peine quelques centimètres, comme pour se rendre compte de ce qu’il venait de faire, il laissa sa respiration s'emballer, retirant avec honte sa main qui s’était comportée comme une fieffée coquine !
Puis vint l’épisode de la masturbation, ses jambes vacillaient, désiraient se dérober sous son poids pour permettre une douche crémeuse, se sentant faible et désarmé. Pourtant une idée vicieuse lui trottait dans la tête, ne pouvait-il pas la prendre sauvagement dans la rue, comment fallait-il s’y prendre ? Le puceau le devinait mais n’osait mettre ce traitement à exécution.
Voilà que maîtresse Elmenster, suivie de Enya le laissait devant la porte d’un établissement bien particulier ! Hochant doucement la tête, Ayato se défit donc en pleine avenue de son reste de vêtement. Des sueurs froides le prirent, rouge de honte, la pudeur revenait au galop, il essayait d’occulter cette verge imposante, ce joli bâton de berger derrière des menottes tremblotantes en vain. D’une voix sur le ton d’un murmure…

« Je.. Je me dépêche maîtresse.. Je nous irons aux tenues après ? Pourrais-je vous choisir quelque chose ?»

L’entrée dans le magasin provoqua le tintement d’une sonnette. Bordées de lumières, les murs se paraient d’halogènes contenus dans des sortes de vases échancrées, les marches des escaliers, elles-mêmes, étaient ornées de néons qui indiquaient la voie pour les nouveaux arrivants jusqu’aux fauteuils tout drapés d’une robe écarlate. Là des nekos étaient allongés sur ces chaises pivotants et on s’occupait d’eux pour une épilation de leur sexe. Des femelles échaudées regardèrent avec envie le nouveau venu, se léchant les babines ce à quoi répondit Ayato par un avalement inopiné de salive.
Une vendeuse s’exécuta suite à sa demande au nom de compte d’Elmenster Saphira. On l’installa sur ce trône-lit avant de s’approcher de lui.
Sur un plateau au plastique rose bonbon, de la mousse en bombe et un rasoir était prévu.

« Quel beau et majestueux sexe ! Ne bouges pas mon petit, je m'occupe de tout...»

Se fichant bien des préceptes de bonne éthique, la vendeuse donna de petits coups successifs de langue sur le gland comme pour l’inciter à jouir. Le félin se retint pourtant avec difficulté se cramponnant sur le siège, pensant que tout ceci faisait parti de la cérémonie d’intronisation.

Saisissant le membre à pleine main dans sa menotte droite tout en commençant à prendre un rasoir de la gauche, elle s’empressa de raser son pubis, d’une geste empreinte d’expérience et de précision, elle se débarrassa de la mousse et de tout poil puis s’attaqua à ses bourses sans la moindre concession pour le mal, rasant toute trace encore de sa toison virile. S’attelant à grand soin à son œuvre, elle caressait les parties du Neko pour s’assurer bien évidemment que son épiderme était devenu lisse, puis lui permis de ressortir, mettant sur le compte d’Elmenster Saphira, cette besogne.
Rouge, et encore plus gêné lors de sa sortie, le félin, vint tout près de sa maîtresse. Ecartant ses mains pour qu’elle puisse admirer le résultat..

« Maîtresse… Je.. Est-ce que je vous plais ainsi ? »

Reprenant d’une voix mal assurée..

« Je.. J’ai envie de jouir maîtresse, on m’a…touché et je.. j’ai peur de plus tenir.. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 2 : UNe visite chez le toiletteur   Jeu 25 Oct 2007, 17:23

Saphira attendit Ayato quelques minutes, sachant parfaitement qu'il faudrait au minimum un quart d'heure pour l'opération, se demandant qu'elle pourrait être la suite de l'après midi. Quand Ayato ressortit elle lui sourit et au lieu de répondre tout de suite à sa question avança sa main. La belle explora en pleine rue sans aucune gène le membre de son compagnon, caressant le pubis et faisant rouler les testicules pour découvrir la douceur de la peau. Elle releva les yeux de la colonne de chair pour regarder son mâle dans les yeux et doucement referma ses doigts sur la hampe prenant pleinement en main la virilité.

« Je le sais bien mon beau mais je t'ai donné un ordre, cependant je peux accepter de te soulager maintenant mais tu devras renoncer à choisir une tenue pour moi, une tenue que j'aurai porté pour toi en sortant du magasin ... réfléchit bien ... je t'apporterai la jouissance sois en sur mais cela viendra-t-il maintenant ou après nos achats ? », demanda-t-elle joueuse en commença un très lent et délicat mouvement de masturbation.

La belle russe sourit en voyant le jeune homme hésiter, sachant à quel point il devait en avoir envie et combien il était difficile pour lui de résister. Sans aucun méchanceté, juste par plaisir la belle augmenta la vitesse de sa caresse, admirant le visage du neko exprimer petit à petit un plaisir plus évident. Quand il réussit à marmonner des mots la belle ralentit le rythme, approchant sa bouche de son oreille, chuchotant d'une voix sensuelle.


« J'ai peur de ne pas avoir compris ... », elle sourit quand elle l'entendit bégayer plus fort qu'il préférai choisir une tenue pour sa maîtresse, « Voilà qui est un très bon choix, j'apprécie grandement une telle dévotion, je te dois bien une récompense », dit elle avec un sourire coquin. Sans attendre de réponse Saphira se pencha pour venir doucement embrasser le bout du membre turgescent de son compagnon.

« Bien en route il ne faudrait pas que tu prennes froid », dit elle en riant simplement.

La belle sembla accorder une trêve à son félin, elle abandonna son membre et le pris par la taille pour le faire descendre les marches, le laissant avancer nu, une érection des plus forte en pleine rue. Elle tapota la fesse droite et laissa sa main dessus en l'entraînant sur la droite puis à chaque croisement tapota une fesse et laissa sa main dessus, lui indiquant de cette drôle de façon le chemin. En chemin elle ne cessa de le féliciter pour sa maîtrise et lui assura qu'elle voulait avant tout son plaisir à lui également, et que plus il pourrait attendre plus celui-ci serai fort le moment venu. Enfin la maîtresse arriva à une boutique de vêtement, enfin celle-ci ne semblait pas que vendre des vêtements car en devanture l'on pouvoir voir des bijoux mais aussi des colliers et des laisses.


« Nous y voici, tu es libre de choisir la tenue que tu veux pour moi à l'intérieur, la seule règle c'est que tu es envie de me voir la porter », dit elle en venant l'embrasser dans le cou et lui faisant passer la porte.

A l'intérieur la boutique était tout en longueur, près de l'entrée les vêtements pour le moins classique, puis les bijoux et enfin divers ensemble de sous vêtements et de tenue en cuir ou latex des plus étranges. Saphira s'avança jusqu'au comptoir et fit la bise au patron, celui-ci rit en voyant Ayato et taquina le neko en lui demandant s'il avait chaud pour se promener ainsi. La demoiselle rit également et sourit à Ayato pour le rassurer.


« Bien je vais aller chercher une tenue pour toi, pendant ce temps tu as le droit d'en faire autant pour moi », dit elle avec le sourire, « Tu prendras également une laisse et un collier que tu porteras quand nous nous promènerons car tu es ma chose ... », lui dit elle en le dévorant des yeux, « et pour finir une gourmette ou une chaîne, un bijou que je t'offre en cadeau de bienvenu ».

Elle se pencha, l'embrassa doucement et sensuellement, lui sourit tel une diablesse et se pencha pour à nouveau venir embrasser son membre allant jusqu'à faire disparaître un court instant le gland dans la chaleur humide de sa bouche. Elle se redressa, passa la langue sur ses lèvres comme si elle venait de savourer une pâtisserie et laissa ainsi son compagnon le bout du sexe brillant de sa salive. Elle fit ses achats à droite et à gauche trouvant une tenu lui plaisant pour son partenaire. Elle alla s'installer dans le fond de la boutique, près des cabines d'essayage et déposa sur une petite table, un jean bleu à bouton, une veste de la même matière sans manche, un t-shirt moulant en résille et des chaussures militaires, une paire de bracelets en cuir avec des attaches et des cadenas. Souriante elle s'assit sur une chaise, croisa la s jambes et observa Ayato hésiter, la belle sentait déjà l'excitation grimper en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir lui réserver.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chapitre 2 : UNe visite chez le toiletteur   Mer 07 Nov 2007, 22:19

Strass, paillettes, décolletés sages, robes extravagantes, tout était présent dans cette boutique, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. L’établissement était divisé pudiquement en différentes sections toutes plus opulentes les unes que les autres, permettant de faire taire les envies de bourgeoises fortunées, et imposant une contenance à des nobles pédants Le traitement infligée par sa maîtresse, Saphira Elmenster, lui procura une frustration des plus terribles, était-elle reine, décidément de la torture psychologique et physique ? Frémissant légèrement sous la caresse de cette main sur sa gorge, se laissant guider par cette institutrice perverse, à tel point que lorsqu’elle mit fin à ce baiser une sensation étrange de manque vint remplacer ses lèvres, la chaleur de sa main laissant une trace invisible sur sa gorge et ses paupières n’acceptant qu’avec difficulté de se rouvrir pour faire face à ce visage gracile. Mais le final ne vint que plus tard, avec un baiser plus pernicieux, laissant quant à lui une marque bien plus réelle,un fin et long filet de salive venait parer et produire de son effet sur l’ardeur du félin.
Sa rêverie était un reflet échauffé d’idées, quelque chose de bien singulier et d’habile. Ce n’était pas là une séduction omnipotente, mais presque. Il était à la merci de cette voluptueuse professeur et n’avait su que succomber à son parfum ensorcelant et à ses lèvres si tentantes. Après tout, n’était-elle pas la plus belle de toutes les fleurs ?
Se mettant à sa besogne avec grande hâte, Ayato entreprit de trouver ce qui saillerait le mieux sa dominante, celle qu’en peu de temps avait su le dompter avec tant d’habilité. Dondinant avec désinvolture et innocence son derrière dans les rayons féminins sous les yeux plein d’envie et épieurs de riches fortunées ; Voilà que le Neko se penchait, mettant en avant sa croupe aux yeux de tous pour ramasser une étoffe qui lui avait plu. Enya était-elle derrière lui, il avait cru la voir ! Mais peut-être n’était-ce qu’une illusion d’optique ! Pudique, et rouge, dès qu’il voyait qu’on l’observait, le jeune homme essayait de faire taire son corps en plaçant ses mains sur son envie.
Il avait fait un petit mouvement d’une pertinence adorable, découvrant une délicieuse jambe de promesse et de perdition qui donna un soufflet du diable dans les pupilles alléchées des inconnues. C’était une de ces jambes tournées pour faire vibrer dans les plus folles danses de l’amour, le carillon de tous les grelots de la fantaisie et autour desquelles l’imagination émoustillée s’enroulait, frétillait et se tordait en montant plus haut, comme un pampre de flammes montant autour d’une grappe de fleur.
Déambulant dans les rayonnages comme ces papillons aux robes dorées qu’un œil avertit peut apercevoir dans l’âtre de la cheminée, ces braises qui s’envolent avant de disparaître dans l’immensité, battant des ailes avant de se consumer, éphémère chimères, plusieurs tenues lui plaisaient : Uniforme d’infirmière, de policière, simples bouts de tissus, costume fait de feuillages de Diane Chasseresse…
Son imagination travaillait avec beaucoup d’ingéniosité.. Pourtant, il se prit d’un autre choix..
Après s’être choisi une laisse, un collier à grelot et une chaîne, il revint rapidement vers celle qui occupait à savoir sa maîtresse…
C’est ainsi que perdu dans sa rêverie, Ayato la bouscula cette plante voluptueuse, toute en courbes affriolantes et aux formes généreuses, cet ange au physique exquis, cette capricieuse délicieuse. Les rideaux aux couleurs champs de blé en furent tout retournés, ces boucles blondes virevoltèrent pour s’agiter dans une valse impétueuse, son ombre suivit le pas, avant de se figer, brillante d’un certain éclat.
Mais Saphira n'eut pas le temps de réagir et, sentant la pression de la main d’Ayato sur la sienne se resserrer, elle fut irrémédiablement attirée tout contre lui, se trouvant dominée par sa posture. Leurs abdomens se retrouvèrent confrontés l'un à l'autre dans un duel des plus intéressant, alors que leurs visages se trouvaient familièrement proches. Un léger soupir éthéré s'échappa de la bouche entrouverte du félin, et vint malencontreusement effleurer les lèvres de cette noble dame.
Ce dernier observait la femme qu'il surplombait, tentant de contenir son émotion. Sa respiration s'accélérait contre son gré, créant un contact aléatoire, qu'il ne pouvait réprimer, entre leur poitrine.La bouche légèrement teintée d’un rose délicat s’était ouverte pour laisser échapper sa surprise précédemment, trahison de non préméditation… Blotti tout contre elle, sur le ton du murmure, il lui fit la confidence de ces escapades avant de lui tendre la tenue choisie pour elle.. Enya semblait avoir réapparu et vint se poster aux côtés de sa maîtresse, effleurant au passage le fessier ferme et galbé du Neko, à moins que ce ne soit une imagination.. Le rouge aux joues, le cœur palpitant, il disait..

« Maîtresse, je ne savais pas quoi prendre. Tant de choses me tentaient, je voulais vous voir tout mettre.. Je..Je vous imaginais déjà m’osculter..m’enseigner, me..dominer, je.. J’ai eu peur de céder avant l’heure.. Mais cette tenue que j’ai choisie, je ne crois pas qu’elle vous plaira, mais c’est mon droit de vous voir avec, n’est-ce pas ? »

S’écartant à grande hâte de cette dame, pourquoi l’avait-il amené à lui ? Il lui tendit, une simple culotte de dentelle dans une matière de cuir noir, avec un minishort en peau de vache normande, robe tachetée lumière et ténèbres avant de lui donner un haut ouvert complètement au niveau de la poitrine comme deux pies à traire, enfin une sorte de cerf tête venait faire office de couronne, en forme d’ oreilles de vaches.
D’un ton coquin, il s’exclama : « Vous m’aviez promis du lait, non ? »

Disparaissant dans la cabine avec les vêtements choisis à son attention, il commençait à s’habiller…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chapitre 2 : UNe visite chez le toiletteur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 2 : UNe visite chez le toiletteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» visite chez le gynéco
» Une petite visite chez le médecin [PV Archange et Jessie]
» Visite chez l'artisan
» Une visite chez le mécano[Avorté]
» Invention Tarriennes et internement forcé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤Neko Kainushi¤ :: Quartier Sud. :: Zone Commerciale. :: Autres magasin. :: Coiffeur-
Sauter vers: