¤Neko Kainushi¤

Neko: Chat. Kainushi: Maître.
 
AccueilPortailCalendrierFAQMembresGroupesRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une enfant derrière les barreaux...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mitsuki
Invité



MessageSujet: Une enfant derrière les barreaux...   Ven 11 Mai 2007, 10:00

Mitsuki regarda la cage dans laquelle on l'avait mise. Elle essaya de la croquer. Aie! C'était pas en sucre! Son menton commença à trembloter mais elle se retint de pleurer en voyant arriver le vendeur. Elle était vraiment dans un piteux état, cette Neko. Ses vêtements étaient totalement déchirés et vu son âge elle n'allait pas tenir longtemps en animalerie. Malgré qu'elle soit enfermée, la petite fille remua la queue et les oreilles avec entrain. Elle se mit à miauler et à gratter la cage. Le vendeur s'approcha.

- Dis monsieur, t'as du manger?
- Euh...Non
- Mais des fraises!
- Non plus.
- Mais on mange quoi?

Le vendeur se releva, mettant fin à ce dialogue de sourd. Qu'est ce qu'elle voulait cette Neko. A l'animalerie, on ne mangeait pas, on attendait. Elle ne devait pas le savoir. Il s'en alla. Pauvre fou, si seulement tu avais su un peu avant ce que tu allais déclenché! Mitsuki vit l'homme partir sans lui donner à manger et elle se retrouva toute seule. Son menton tremblota, d'abord doucement puis de plus en plus fort. Finalement, elle commença à hurler et pleurer. Tous les regards se tournérent vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une enfant derrière les barreaux...   Ven 11 Mai 2007, 11:00

Assise à la table du salon, Saphira s'étira en gémissant de plaisir, repensant à la nuit en compagnie de Titange. La féline s'avérait être un vrai délice et une source de renouveau des plus agréable, elle eut une pensée émue pour sa dominée qu'elle avait laissé dormir à l'étage. Elle avait hésité en se levant puis finalement s'était simplement contenté de caresser d'un geste simple la joue de la belle avant de se lever, d'enfiler sa robe de chambre en soie et de descendre prendre son petit déjeuner. Dans la pièce, une musique douce se laissait entendre en fond sonore alors que la jolie russe mangeait lentement des tartines beurrées couverte de confiture de fraise. Elle remarqua à peine Enya quand elle entra dans la pièce, ce ne fut qu'au baiser que la jolie brune lui fit dans son cou qu'elle sortit de sa rêverie.

"Moi aussi j'ai passé une excellente nuit ma douce", dit elle en tournant la tête pour venir embrasser délicatement son employée, "Qu'y a-t-il ? Quelque chose te tracasse ?", demanda-t-elle d'une voix légèrement plus inquiète quand elle vit le doute dans le regard de la demoiselle.

"Que ma maîtresse me pardonne mais j'ai une faveur à demander à ma maîtresse", dit la chauffeur en baissant les yeux rougissant légèrement.

"Allons Enya, tu es la seule qui soit encore là depuis la mort de mon mari, tu sais que si je t'ai gardé c'est parce que tu es plus qu'une employée à mes yeux, dis moi donc ce qu'il y a ...", dit elle en relevant d'un geste tendre le menton de la timide jeune femme.

"Une amie à moi m'a contacté, une Neko dans la demeure pour laquelle elle travaillait à été mise à la rue ... mon amie m'a fait savoir qu'elle est à vendre dans une boutique de la ville ... la fillette doit être terrorisée si maîtresse voulait bien ...", demanda-t-elle sans finir sa phrase le rouge aux joues.

"Une fillette je ne sais pas ... elle a été renvoyé par ses anciens maîtres et je me vois mal élevée une ...", croisant le regard d'Enya, un regard si triste, Saphira sentit son coeur fondre et soupira, "Bien, je vais me préparer, va préparer la limousine nous allons chercher cette Neko", dit elle d'une voix douce en embrassant une fois de plus sa compagne avant de se lever et de monter se vêtir.

C'est ainsi que Saphira se retrouva ce matin là pour la seconde fois en trois mois dans une boutique pour Neko, une animalerie. Ce n'était pas la même que pour Titange, celle-ci était un peu mieux tenu et un vendeur qui était propre sur lui attendait à l'accueil. Ce qui marqua la jolie milliardaire ce fut le bruit, la plainte profonde qui ne cessait de croître et d'emplir le lieu. La voix était jeune, bien jeune, et se rappelant qu'elle venait ici pour chercher une enfant la demoiselle soupira d'appréhension. Il fallait espérer que cela ne soit pas un calvaire que de prendre cette Neko à son service. Elle alla voir le vendeur et discuta longuement avec lui, ce mettant visiblement d'accord sur bien des choses alors que personne ne pouvaient les entendre discuter à voix basse. Puis elle se dirigea enfin vers la féline.

C'est une jolie femme aux cheveux châtain lui caressant doucement la nuque qui s'arrêta devant la cage de la fillette. Elle portait une jupe blanche s'ouvrant à mi cuisses laissant voir des bas noir fuselant parfaitement,t ses jolies jambes. Une veste noir qui laissait voir par un trou son nombril et au sommet un chemisier blanc. Une tenue qui bien que plus sage qu'à son habitude moulait son corps de façon avantageuse. Peut être était ce parce qu'elle venait chercher une enfant qu'elle avait adopté un style plus conventionnelle, mais elle savait bien que cela ne durerai pas, que la petite fille devrai s'adapter à son monde de jeu et de nudité. Elle s'agenouilla devant la cage et regarda la Neko de ses grands yeux bleu et lui sourit doucement.


"Si tu le désire je t'emmène avec moi, loin de cette cage, loin de ce lieu", dit elle d'une voix suave et ne quittant la demoiselle des yeux, "Mais alors tu devras cesser de pleurer, je n'aime pas les pleures et les caprices, est ce clair ?", demanda-t-elle avec toujours autant de douceur mais une autoritaire parfaitement visible également. "Retire ses vêtements en miette et met ça", dit elle en retirant sa veste, laissant voir un chemisier blanc qui moulait ses seins mais laissait son dos nue, "Nous irons ensuite t'acheter des vêtements et si tu arrêtes de pleurer nous achèterons à manger avant cela, l'on m'a dis que tu voulais des fraises ?"

(Tenue de Saphira)
Revenir en haut Aller en bas
Mitsuki
Invité



MessageSujet: Re: Une enfant derrière les barreaux...   Ven 11 Mai 2007, 20:39

Voyant que personne ne viendrait lui apportait à manger, Mitsuki s'arrêta de pleurer et hoqueta en silence. Elle avait toujours faim, elle voulait des fraises. Grâce à son ouïe développée, elle put entendre le vendeur parler à une voix féminine. Elle ignorait de quoi ils parlaient, en fait elle n’essayait même pas d’écouter. L’envie de sortir de cette cage trop petite et de s’évader de cet endroit trop sordide à son goût, la Neko voulut tordre les barreaux de sa cage. Elle n’y arrivait pas. La force qu’elle avait lors de ses attaques contre les chiens disparaissait toujours. Dommage. Elle se mit à bouder dans un coin de sa minuscule cage en tenant dans sa main une petite peluche qui ressemblait à un chat noir. Elle n’avait pas voulut s’en séparer quand on l’avait mise ici. Allant jusqu’à hurler si on essayait de toucher son petit protégé. Elle allait s’endormir lorsqu’un bruit de pas s’approcha. Aussitôt elle releva la tête, c’était peut-être sa maman qui l’avait retrouvé ! Les yeux écarquillés, elle vit une femme s’arrêter devant sa cage. C’était sa maman ! Pour Mitsuki, ce ne pouvait être qu’elle. Si seulement elle savait qu’elle n’avait pas de parents. La première chose que les enfants remarquent, c’est comment la « madame » ou le « monsieur » est habillé ou plus exactement, à quoi il ou elle ressemble. Cette femme était très belle et la Neko ne put s’empêcher de la voir comme un ange tombé du ciel. Un ange qui venait la sauver. Les cheveux de l’humaine étaient blonds à la lumière et châtains dans l’obscurité. Les yeux de Mitsuki s’illuminèrent, c’était de la magie ! Elle s’agenouilla et la fillette put voir les magnifiques yeux bleus de celle qui serait peut-être sa nouvelle maîtresse. Elle lui proposa de l’emmener loin de cet endroit et de la sortir de cette cage. Mitsuki sourit, l’ange allait la délivrer. En échange, elle lui ordonna de ne pas pleurer. La Neko était obéissante de nature, elle acquiesça d’un signe de tête. La femme enleva sa veste et proposa alors la chose la plus généreuse aux yeux de Mitsuki. A manger. Mais pas n’importe quoi, manger des fraises !! Personne ne peut imaginer la vague de joie qui submergea la fillette à cet instant. Elle adorait les fraises, c’était mignon et très bon. Et en plus, la dame allait lui acheter des nouveaux habits ! A condition que la Neko ne pleure pas… Celle-ci qui commençait à avoir vraiment faim accepta avec entrain. D’accord, elle essayerait de toutes ses forces de ne plus pleurer. Le vendeur voyant qu’elles s’étaient misent d’accord ouvrit la cage. La Neko se déshabilla, gardant juste sa petite culotte qui n’avait rien et enfila la veste toute chaude de la femme. Puis sans attendre de faire plus connaissance, un sourire enfantin apparut sur son visage et elle sauta au cou de sa maîtresse. Le vendeur entra dans une rage incroyable. Une Neko sale et que l’on vient à peine de sauver de la rue ne doit pas salir son maître et encore moins lui sauter dessus. D’un geste brusque, il arracha la fillette de sa pseudo-maman et lui donna une gifle. Un petit « Aie » retentit dans le magasin silencieux. Les larmes de Mitsuki commencérent à apparaître. Puis elle se souvint de sa promesse et les essuya avec sa petite main. Elle était prête à tout pour manger des fraises. Voilà, elle était prête à partir. Mais il manquait quelque chose. Quelque chose de très important…

- Mais je peux prendre Bubulle avec moi ?

Evidemment, la jeune femme ne pouvait pas comprendre qui était Bubulle alors le vendeur lui désigna le chat noir en peluche qui trônait dans un coin de la cage. Impossible de se séparer de lui. Mitsuki ne voulait certainement pas abandonner celui qui l’avait toujours accompagné. Elle fit des yeux adorables pour que sa maîtresse accepte sa demande et le vendeur voulut lui mettre une deuxième gifle mais se retint. En fait, il était tombé sous le charme de cette pauvre enfant qui voulait prendre sa petite peluche avec elle. C’est normal, qui résisterait au regard si mignon d’un petit chaton comme Mitsuki ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une enfant derrière les barreaux...   Lun 14 Mai 2007, 11:59

La Neko était vraiment mignonne, mais elle était aussi si juvénile que son corps n'affichait aucune forme de femme ce qui déçu un peu Saphira alors qu'elle l'observait ne portant plus que sa petite culotte. Elle soupira et l'observant de plus près compris que la demoiselle ne devait en effet pas avoir plus de 6 ou 7 ans, un âge jeune mais cela faisait si plaisir à Enya. Puis ce fut la surprise, la petite fille sautant autour de son cou, ses bras l'enlaçant avec tendresse, sa tête se blottissant dans le creux de son épaule. Étrangement, Saphira ne pu s'empêcher de serrer la féline contre elle, trouvant cet instant incroyablement doux et tendre, un instant pour la première fois de sa vie elle se demanda si c'était tendre à ce point que d'avoir un enfant.

Mais cet instant ne dura pas, non pas qu'elle eut elle même rompu l'étreinte mais parce que le vendeur arracha la petite chose de ses bras pour la projeter au sol en la giflant. Le claquement sonore de la main sur la joue de la féline diminuait à peine, provoquant des plaintes de peur dans les cages avoisinante, qu'un autre son ce fit entendre. Dans le magasin le silence régnait maintenant, à coté de la russe le propriétaire des lieux avait un genou à terre et tremblait, sur sa joue la marque rouge de la main de Saphira. Et dans l'air la décharge statique de l'électricité produite par la bague de la demoiselle, bague bleu ou de petits éclairs courraient encore sur le dessus. La maîtresse regardait le marchand avec haine et quand elle parla sa voix ne contenait plus aucune trace de la chaleur qu'elle avait eu pour la Neko.


"Personne, je dis bien personne ne lève la main sur quelque chose qui m'appartient. Cette Neko est maintenant à moi et moi seule ait le droit de porter mes doigts sur elle. Ceci est la seule affaire que nous faisons ensemble et croyez moi je ne vous enverrai personne", dit elle avant de se tourner vers la Neko.

Elle se remit à genou et l'aide à se relever en lui prenant la main, elle sourit à la petite fille qui tenta de retenir ses larmes et vint elle aussi les essuyer de ses doigts tendre. La tendresse n'était pas chose inhabituelle chez Saphira, mais habituellement elle était aussi teinté de jeu et elle même trouvait cela étrange que pour l'instant ce ne soit pas le cas. Elle écouta la question de la féline puis répondit tendrement.


"Emporte ce que tu veux qui t'appartient, je te laisse, c'est à toi. Viens avec moi maintenant.", dit elle en tendant la main.

Elle sortit du magasin et fit entrer la demoiselle dans la limousine, puis elle se tourna vers Enya qui souriait ravie et sans un mot l'embrassa délicatement avant d'entrer elle même dans la voiture. Le trajet ne fut pas très long, La maîtresse avait donné l'ordre de se rendre dans une boutique de fruit toute proche, puis chez un marchand de vêtement avant de faire un détour par la boutique habituelle. Enya suivit donc les consignes et se mit en route vers le primeur, ce qui permit à Saphira de commencer à questionner la petite fille et à lui expliquer les règles.


"Puisque tu vas vivre avec moi, tu dois savoir qu'une autre Neko est dans ma demeure, elle est en quelque sorte ma compagne depuis 3 mois et tu devras faire de ton mieux pour t'entendre avec elle. Ne t'en fais pas je lui ai donné la même consigne et c'est une féline des plus agréables, je suis sure que vous vous entendrez à merveille.", Saphira souriait et parlait avec douceur en pensant à Titange, "Il n'y a pas beaucoup de règles à suivre mais il y en a quelques unes", elle se tourna vers la jeune fille et reprit en la regardant.

"Tout d'abord à la maison tu vivras nue comme le fait Titange car il n'y aura pas de préférence entre vous deux. Ensuite je te veux propre, donc tu te laveras tout les jours, nous pouvons nous laver ensemble ça ne me gène pas. Tu ne feras pas de caprice, si tu veux quelque chose demande le simplement, si tu ne peux l'avoir pleurer ou crier ne t'apportera que punition.", la jeune femme parlait lentement et avec douceur, laissant le temps à sa compagne de comprendre en tachant de ne pas l'effrayer.

"Tu as le droit de parler, de prendre des initiatives, de proposer des jeux ou autres, je ne suis pas une maîtresse qui exige que tu sois belle et que tu restes là à te taire sans bouger. Reste simplement toi même et ça ira, cependant lorsque je t'appelle tu devras venir et faire ce que je te dirai de faire.", la jolie russe regarda alors sa nouvelle Neko l'oeil brillant, elle commençait à se demander ce qu'elle pouvait se permettre ou non avec une demoiselle si jeune. Elle s'humecta les lèvres puis dit d'une voix suave et autoritaire.

"Maintenant retire ta petite culotte, tu n'en porteras plus, et parle moi de toi, qu'elle est ton nom ? D'où viens tu ?", dit elle en fixant de ses beaux yeux Mitsuki.
Revenir en haut Aller en bas
Mitsuki
Invité



MessageSujet: Re: Une enfant derrière les barreaux...   Ven 18 Mai 2007, 16:11

Mitsuki observait de son intense regard tous les gestes de sa maîtresse. Ses grands yeux roses s'étaient agrandis lorsqu'elle avait à son tour frappé le vendeur. La Neko ne comprenait pas toujours tout mais elle commençait déjà à aimer l'humaine étrange qu'elle avait pour maîtresse. Elle n'était pas comme les autres. Et puis, si elle avait bien voulu de Bubulle alors elle était forcément gentille. La petite queue touffue de Mitsuki ne balayait pas l'air d'un air féroce comme celle des autres Nekos aux cages alentours, au contraire elle ne bougeait presque pas. Etait-ce par timidité? Non, mais on avait jamais apprit à la machine comment agissait un Neko normal alors elle faisait comme bon lui semblait or bouger la queue ne se révélant pas d'une grande utilité elle faisait comme si elle n'en avait pas. D'une certaine façon, cela la rapprochait des humains.
Pendant que sa maîtresse fâchait le patron de la boutique, la petite fille regarda ce que faisait les gens dehors. Avant, dans sa cage, elle n'avait pas pu regarder le soleil et ne voyait même pas la vitre. Elle avait l'impression d'avoir vécu des années et des années dans un endroit sombre et terne. La lumière du soleil chaud d'été lui brûla presque la peau et ses yeux eurent du mal à accepter cette lueur dorée qui refaisait brusquement surface. Elle se frotta les paupières. La veste de la femme était grande et glissait le long de l'épaule de la Neko. Elle avait l'air vraiment gentille, sa maîtresse. Les larmes du à la douleur du coup et à la brûlure du soleil allait couler sur les joues de la fillette mais l'étrange humaine vint les essuyer à son tour. Mitsuki la regarda et sur son tendre visage enfantin se dessina un sourire adorable. La réponse à sa question fut surprenante. C'était plutôt étonnant qu'une maîtresse autoritaire autorise sa Neko à prendre une peluche. La petite fille se précipita dans la cage pour prendre le chat noir. La femme lui tendit la main et elle la prit. Le carrelage glacé la fit frissonner. Ses oreilles remuèrent un petit instant. L'humaine entraîna la fillette à sa suite. Les petits pieds nus de la Neko passèrent du gel à la chaleur brûlante du trottoir. Elle serrait toujours tendrement sa précieuse peluche tout en tenant la main de sa tout aussi précieuse maîtresse. Lorsqu'elle entra dans la voiture, elle vit une autre femme que 'humaine embrassait tendrement. La Neko pencha sa tête sur le côté en remuant les oreilles de gauche à droite. C'était sa façon de se demander ce qu'il se passait. Une femme embrassant une autre femme, c'était une chose bien intrigante pour une fillette de son âge mais elle trouvait cela amusant. Elle désigna du doigt la domestique puis alla petit à petit vers sa maîtresse.


- Madame...aime...Maîtresse...?

C'était une sorte de déduction mais aussi une question. C'est vrai que généralement elle voyait des hommes embrasser des femmes. Son ancienne maîtresse embrassait un garçon alors pourquoi celle-ci n'embrassait t-elle pas un garçon? Cependant elle sourit, trouvant la scène très mignonne. Dés que la voiture démarra, la dame qui venait de la recueillir indiqua qu'il fallait aller chez " un marchand de fruit ". Mitsuki sentit son coeur bondir de joie. Des fraises! Des fraises! Enfin! Ses yeux s'emplirent de millions d'étoiles durant un instant. Sa maîtresse lui adressa la parole, brisant le rêve délicieux où la petite se voyait manger des fraises. Elle regarda la femme d'un air interrogateur pendant qu'elle lui expliquait les règles de vie. Le cerveau de Mitsuki enregistrait les données qu'on venait de lui fournir. Cependant, le nom qui semblait plaire à sa maîtresse lui resta à l'esprit.

- Titange...Comme les monsieurs avec des ailes?

Peut-être que la porteuse de ce prénom était un ange? Ses yeux se mirent à briller une fois de plus. Qu'est-ce que ça devait être joli un ange! Elle continua d'écouter sa maîtresse, les règles étaient étranges mais facile à suivre. Ne pas crier sinon elle sera punie, faire ce qu'on lui dit de faire...Ça ne changeait pas beaucoup. Ne pas porter de petite culotte, ça ne la dérangeait pas le moins du monde. Alors elle enleva directement sa petite culotte noire, laissant ses fesses nues contre le siège de la voiture. Maintenant sa maîtresse lui demandait de parler d'elle. Brusquement sa voix changea, devenant un peu plus métallique et ses yeux se tintèrent d'une lueur rouge. Elle cherchait dans ses données toutes les choses qu'elle savait sur elle, utilisant aussi le réseau du FBI pour connaître la raison pour laquelle on l'avait créé.

- Je suis l'arme numéro 380 N, la première arme Neko conçue par un centre scientifique pour le FBI. J'ai une force d' exactement 2000 kilo dans les bras et je peux tuer n'importe qui sur demande. J'obéis à mon maître ou ma maîtresse. Attention, ma puissance n'est activée que de temps en temps. Autrement dit, en mode normal je n'ai aucune force en particulier. Si vous voulez quelque chose, demandez et j'obéirai.

Les yeux retrouvèrent leur lueur rose et la voix redevint celle d'origine. Mitsuki se frotta les yeux et sourit à l'humaine.

- Je m'appelle Mitsuki et j'aime les fraises et Bubulle! Mais j'ai pas de papa et ni de maman!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une enfant derrière les barreaux...   Lun 21 Mai 2007, 13:12

Chapitre 2 : Une visite chez le marchand de fruit (la suite c'est par là Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une enfant derrière les barreaux...   Aujourd'hui à 08:17

Revenir en haut Aller en bas
 
Une enfant derrière les barreaux...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» Symposium sur le Plan National de Protection de l'Enfant
» enfant battu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
¤Neko Kainushi¤ :: Quartier Sud. :: L'animalerie.-
Sauter vers: